Menu icoMenu232White icoCross32White

Retour
Hugo Roussel
Le 30 mars 2020
Confinement, séance pédagogique kayak 3

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Confinement, séance pédagogique kayak 3

Bonjour à tous,

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour une séance sur les base de navigation en eau vive. Celle-ci sera complétée par un point sécu mardi (les dangers en rivière).

Même si il y a énormément de choses à dire, je vais essayer de vous donner une vision claire et complète de la navigation en eau vive.

  • L’eau vive, c’est quoi ?

On peut considérer comme « eau vive » tout cour d’eau dont le courant a une influence (même très faible) sur les déplacements de votre embarcation. On peut naviguer en eau vive sur des bassins naturels (rivières) ou artificiels (ex : St Laurent Blangy ou bassins olympiques).

On les classe en 6 niveaux selon la difficulté :

-Classe I : Très facile, courant faible ou nul, bancs de sable ou de galets. Une bonne maîtrise du bateau en eaux calmes est tout de même nécessaire à cause du vent possible et de l'approche des barrages ou des piles de ponts.

Exemples : Marne, Loing, Loue, Loire des châteaux, Ardèche d'été, Dordogne.

-Classe Il : Assez facile, brefs courants rapides possibles, petites vagues régulières et drossages, manœuvres autour de rochers, sauts de déversoirs campagnards ou de seuils larges et francs. Bonne connaissance des manœuvres en petit courant, sinon risque pour le bateau. Pontage possible mais non indispensable.

Exemples : Haute Seine, Sarthe, Cure après Vieux Dun, Cousin après Méluzien, Sarthe, Tarn des gorges, Arve d'été (mais glaciaire).

-Classe III : Devient difficile, courant parfois violent, fortes vagues régulières, bon courant dans rapides rocheux, seuils manœuvriers mais bien marqués, bateaux pontés. Equipiers montrant réflexes et sang-froid.

Exemples : Cure ( la Truite ), Isère ( de Bourg à Bellentre ), Orne ( gorges St-Aubert ), Allier moyen, Scorff fin d'hiver, Durance ( mais glaciaire ).

-Classe IV : Difficile, longs rapides encombrés que l'on doit connaître, fortes vagues irrégulières à franchir en tenant compte de rochers émergeants ou affleurants, gros seuils francs à enchaîner, l'équipier doit ajouter la force au sang-froid. Casque obligatoire, gilet de sauvetage portance supérieure à 6 kg, bon équilibre et manœuvres efficaces en appui. Esquimautage souhaitable.

Exemples : Isère ( + de 20 m3/s ), Vézère supérieur. + de 12 m3/s ) Dordogne supérieure avec les 3 turbines, Eyrieux, Ubaye de fin d'été ( hors ex. infrans)

-Classe V : Très difficile, absolument réservée aux très bons pagayeurs en bonne condition physique. En fortes eaux, les manœuvres en suspension deviennent complément indispensable des directionnelles. Connaissance exacte du parcours difficile à retenir, reconnaissances fréquentes, équipes homogènes et se connaissant bien sont indispensables. Esquimautage vivement recommandé

Exemples : Haut Tarn, Haut Lot, Haute Dourbie, Ubaye, Eyrieux au printemps, Vésubie, le Taravo et autres rivières Corses de la côte est.

-Classe VI : A la limite du possible, réalisable seulement dans les meilleures conditions de niveau par certains pagayeurs de V à une certaine époque de Ieur carrière sportive. En principe infranchissable en raison de la pente et de l'encombrement. Il y a des passages ou de courtes sections classe VI, mais on ne peut envisager une classe VI continuelle.

Exemples : ex-infrans du bas de l'Ubaye, Sioule à Pontgibaud, hautes sections de torrents corses tels que le Rizzanèse, le Travo, le haut Vecchio, etc.

Vous trouverez une illustration en PJ pour accompagner ce classement (PJ : classes-riviere)

  • S’équiper en eau vive :

Matériel de base :

-un casque

-un gilet

-une jupe

-des chaussures fermées et sans lacets

-un bateau équipé des gonfles à l’avant et à l’arrière, d’anneaux de bosses et de chandelles (blocs de mousses qui permettent au bateau de ne se déformer) et idéalement d’une barre anti enfoncement qui empêche le kayakiste de s’enfoncer dans son kayak lors d’un choc frontal (voir de se casser les chevilles dans les cas extrêmes (déjà vu)).

Matériel du moniteur :

-gilet moniteur

-corde de sécu

-trousse de secours

-VHF sur les grosses rivières

-un moyen de prévenir les secours

-le moniteur s’informe avant la sortie du topo de la rivière (http://www.eauxvives.org/fr/rivieres/liste), des points d’embarquement/débarquement, des arrêtés préfectoraux. Il fait une reconnaissance avant la sortie si la rivière n’a pas été descendue depuis longtemps.

-ne pas hésiter à aller voir d’autres kayakistes déjà sur place (si il y en a) pour se renseigner sur les « dangers nouveaux » (ex : arbre en travers, éboulement, etc..)

  • Naviguer en eau vive

La maitrise de la navigation en eau vive est complexe et demande : de la technique, beaucoup de pratique (et de bains) et surtout de l’expérience qui permet au kayakiste de « lire le courant ». C’est-à-dire apprendre à reconnaitre les différents mouvements d’eau et ainsi savoir où passer sur le cour d’eau, anticiper les dangers et savoir comment réagir sur chaque situation (orientation du bateau, gite, placement de la pagaie, timing du coup de pagaie, cadence/puissance des coups de pagaie, orientation du regard etc..).

A savoir : pour contrôler votre bateau dans un courant, vous devez aller plus vite que ce dernier.

Il existe cependant quelques techniques de base :

-embarquer face au courant afin de voir les dangers arriver. Cela permet également de s’engager plus facilement dans le courant.

-la gite : il s’agit de l’inclinaison que vous allez donner au bateau quand vous serez en travers du courant afin que l’eau ne passe pas au-dessus de la coque et vous déstabilise. Pour réaliser une bonne gite, il faut vous pencher du côté opposé d’où arrive le courant afin que celui-ci passe sous le bateau et non au-dessus. Voici une très bonne explication en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=FbR5zkUGl2E

La gite est également utile lorsque vous passez d’un courant à un contre-courant (même principe que le dérapage en vélo, on se penche à l’intérieur du virage)

-le bac : il permet de traverser une rivière d’une berge à l’autre sans monter ni descendre le courant. Pour réaliser un bac, il faut entrer dans le courant avec un angle plus ou moins grand en fonction de la force du courant ; orienter votre regard vers l’endroit que vous voulez atteindre ; doser la puissance des coups de pagaie pour se maintenir à la même hauteur du début à la fin de la traversée. Voici la vidéo explicative : https://www.youtube.com/watch?v=otUeRU42t68

-le stop : d’où son nom, le « stop » permet de vous arrêter dans un contre-courant. Afin d’effectuer un stop, orientez votre regard vers l’endroit où vous souhaitez aller ; prenez de la vitesse et faite une circulaire pour orienter la pointe du bateau vers l’endroit que vous visez ; faire un appel (technique du « circulaire/appel) dans le contre-courant afin de prolonger la rotation du bateau entrainée par la circulaire et vous arrêter (nous apprendrons cette technique dans les prochaines séances en rivière). Cela sera plus clair en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=x-s0S0U9CbU

-la reprise de courant : comme son nom l’indique, il s’agit d’une manœuvre vous permettant de rentrer dans le courant lorsque vous êtes arrêté dans un contre-courant. Pour cela, entrez dans le courant avec un angle d’environ 90 degrés avec un peu de vitesse. N’oubliez pas la gite et effectuez une circulaire pour orienter le bateau dans le sens du courant. En vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=8EHe8v1zBEs

-l’appui : comme un bon kayakiste n’est pas un kayakiste qui sait esquimauter mais un kayakiste qui n’a pas besoin d’esquimauter, l’appui peut vous être très utile quand vous vous retrouvez en difficulté. Il existe deux types d’appuis : en poussée (moins efficace mais moins contraignant pour les épaules) et en suspension (plus efficace mais nécessite des épaules solides. Déjà-vu : un kayakiste se déboiter l’épaule alors qu’il évitait un dessalage. Dans ce cas-là, vous pleurez plus quand les secours découpent votre k-way à 300€ qu’à cause de la douleur). Avec de l’expérience, vous apprendrez à reconnaitre quelle technique utiliser en fonction de la situation dans laquelle vous vous trouvez. Une vidéo sur la technique sera plus explicite que des explications écrites : https://www.youtube.com/watch?v=RnsEMGlwqM8

Voilà, ce sont à peu près les bases de la navigation en eau vive. Nous verrons mardi l’ensemble des dangers liés à l’eau vive, comment les reconnaitre et comment réagir pour les éviter.

Voici un site qui est un très bon complément à la séance de ce jour (onglet « kayak en eau vive ») : http://passerelle-production.u-bourgogne.fr/web/kayak/?page_id=129

  • Lexique :

-l’amont : vient de « la montagne » et désigne le haut de la rivière par rapport à l’endroit où vous vous situez (d’où vient le courant)

-l’aval : vient de « la vallée » et désigne le bas de la rivière par rapport à l’endroit où vous vous situez (où va le courant)

-contre-courant : courant se déplaçant dans la direction opposée au courant principal. Il est créé par un obstacle, situé dans ce même courant principal, qui va créer une dépression en son aval. L’eau ne pouvant pas passer directement derrière cet obstacle va le contourner et remonter derrière lui.

-régime nival : rivière dont le débit est influencé par la fonte des neiges

-régime pluvial : rivière dont le débit est influencé par les précipitations sous forme de pluie

  • Bonus :

Voici deux vidéos que j’apprécie particulièrement qui vous donneront un aperçu du niveau que vous aurez dans quelques années  :

-https://www.youtube.com/watch?v=Qh1iICwoB6k

-https://www.youtube.com/watch?v=-wag0EqgLts

A mardi pour la partie sécu !

Documents
icoPaperclip32Dark classes-riviere.jpg
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Séance kayak
Consultez également
Confinement, séance pédagogique kayak 2

Confinement, séance pédagogique kayak 2

Bonjour à tous,Comme convenu, nous allons aborder aujourd’hui un aspect sécuritaire de la...

Hugo Roussel
30 mars 2020
Confinement, séance pédagogique kayak 3

Confinement, séance pédagogique kayak 3

Bonjour à tous,Nous nous retrouvons aujourd’hui pour une séance sur les base de navigation en...

Hugo Roussel
30 mars 2020
Confinement, séance pédagogique kayak 4

Confinement, séance pédagogique kayak 4

Bonjour à tous,Pour faire suite à la séance pédagogique sur l’eau vive, voici la partie sécurité...

Hugo Roussel
31 mars 2020
Confinement, séance pédagogique kayak 5

Confinement, séance pédagogique kayak 5

Bonjour à tous,Nous avons abordé précédemment la navigation en eau calme ainsi qu’en eau vive....

Hugo Roussel
3 avril 2020
Confinement, séance pédagogique kayak 6

Confinement, séance pédagogique kayak 6

Bonjour à tous,Suite à la séance sur le thème de la navigation en mer de vendredi dernier, nous...

Hugo Roussel
7 avril 2020
Confinement, séance pédagogique nutrition

Confinement, séance pédagogique nutrition

Bonjour à tous,La séance d’aujourd’hui va porter sur l’alimentation : les besoins énergétiques...

Hugo Roussel
10 avril 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus