Menu icoMenu232White icoCross32White

Retour
Hugo Roussel
Le 14 avril 2020
Confinement, séance pédagogique filières énergétiques

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Confinement, séance pédagogique filières énergétiques

Bonjour à tous,

Dans la continuité de la séance nutrition de vendredi dernier nous allons aborder les filières énergétiques.

Pour évoluer en kayak ou en dragon boat, le pagayeur met en action une succession de contractions musculaires qui lui permettent de fournir un effort plus ou moins important et plus ou moins long. Les molécules apportant l’énergie nécessaire à la contraction musculaire sont les molécules d’ATP. Pour produire ces molécules, l’organisme peut mettre en jeu trois processus différents que l’on appelle « filières énergétiques ».

Pour produire de l’énergie très rapidement, deux de ces filières mettent en jeux des réactions biochimiques sans présence d’oxygène. D’où le nom de « filières anaérobies ».

Pour produire de l’énergie sur un effort long, le pagayeur fait appel à la « filière aérobie ». Cette filière utilise l’oxygène fourni par la respiration.

  • Anaérobie alactique

Durant les 20 premières secondes d’un effort d’intensité maximum (par exemple un départ), le pagayeur puise son énergie dans le stock d’ATP déjà présent dans le muscle.

Dans cette première phase, il va aussi utiliser la créatine phosphate présente dans les réserves cellulaires du muscle pour produire de l’ATP.

Ce processus n’utilise pas l’oxygène présent dans le sang et les poumons (anaérobie) et ne produit pas d’acide lactique (alactique)

C’est donc un processus qui permet d’aller à une intensité maximum mais sur une durée très courte (o à 20 secondes).

Pour atteindre cette intensité, le pagayeur doit acquérir une coordination minimum dans l’embarcation qu’il utilise afin de transmettre au mieux l’énergie tout en gardant sa stabilité.

  • Anaérobie lactique

Après environs 20 secondes, le stock de créatine phosphate et d’ATP s’épuise. Le pagayeur va donc commencer à utiliser le glycogène présent dans le muscle. Cependant, cela ne produit pas autant d’énergie qu’il faudrait pour tenir un rythme de même intensité que pendant les 20 premières secondes. Le rythme va donc ralentir légèrement.

Cette opération n’est pas sans effet et va produire des déchets : acide lactique, qui ne pourra pas être totalement éliminé par manque d’oxygène. L’accumulation de ces déchets empêchera le bon fonctionnement du muscle au bout d’1 minute 30 à 3 minutes (sensation d’avoir les bras durs).

Le système « anaérobie lactique » permet donc un effort d’intensité forte sur une durée courte (ex : une course sur 400m)

  • Aérobie

Au-delà de 3 minutes, le processus aérobie se met en route. L’oxygène fourni par la respiration va permettre de fabriquer l’ATP grâce à la dégradation de glucides puis de lipides par oxydation. Cette dégradation entraine la production de chaleur (donc de sueur) et de gaz carboniques (évacués lors de l’expiration).

Ce processus ne permettra pas au pagayeur de prolonger son effort au même niveau d’intensité que dans la filière anaérobie lactique. Il ralentira donc encore pour atteindre son effort maximum dans cette filière et le prolongera le plus longtemps possible.

Ce rendement ou seuil maximal de la filière aérobie est appelée VO2max. La vitesse de pagayage à VO2max appelée « VMA » (vitesse maximale aérobie) peut être maintenue pendant environ 8 minutes.

Si l’on continue l’effort, le pagayage en aérobie sera d’intensité modérée (car il y a moins d’ATP disponible au même moment) mais sur une durée qui peut être très longue (plusieurs heures).

Il est important de noter que dès le début de l’effort, toutes les filières énergétiques sont mises en jeu pratiquement en même temps. Cependant, elles n’interviennent de façon optimale qu’après un délais propre à chacune.

  • Source et bonus

-Pour ce cours, j’ai utilisé la fiche antisèche « filières énergétiques » de l’outil « pagaies couleur » consultable à tout moment au club.

-Créatine phosphate dans les aliments : https://www.optigura.fr/blog/les-aliments-riches-en-creatine

-Un schéma sur la chronologie de l’utilisation des différentes filières énergétiques durant un effort (pièce jointe)

-une vidéo complémentaire https://www.youtube.com/watch?v=pz9MyJjnZGI

Documents
icoPaperclip32Dark Filières énergetiques.png
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Séance DB Séance kayak
Consultez également
Confinement, séance pédagogique Dragonboat 1

Confinement, séance pédagogique Dragonboat 1

Bonjour à tous,Afin de compenser l’absence d’entrainements pour les semaines à venir, je vous...

Hugo Roussel
30 mars 2020
Confinement, séance pédagogique Dragonboat 2

Confinement, séance pédagogique Dragonboat 2

Bonjour à tous,Comme convenu, nous allons aborder aujourd’hui un aspect sécuritaire de la...

Hugo Roussel
30 mars 2020
Confinement, séance pédagogique Dragonboat 3

Confinement, séance pédagogique Dragonboat 3

Bonjour à tous,Nous nous retrouvons aujourd’hui pour une séance pédagogique sur la pagaie et la...

Hugo Roussel
30 mars 2020
Confinement, séance pédagogique Dragonboat 4

Confinement, séance pédagogique Dragonboat 4

Bonjour à tous,Je pense que nous avons fait le tour du sujet « sécurité en dragon boat » en...

Hugo Roussel
31 mars 2020
Confinement, séance pédagogique Dragonboat 5

Confinement, séance pédagogique Dragonboat 5

Bonjour à tous,La séance d’aujourd’hui portera sur le thème du barreur. Barrer un bateau ne...

Hugo Roussel
3 avril 2020
Confinement, séance pédagogique Dragonboat 6

Confinement, séance pédagogique Dragonboat 6

Bonjour à tous,Je vous propose aujourd’hui de revenir sur l’histoire du dragon boat. Le...

Hugo Roussel
7 avril 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus